sept 72-36

On était pas des tendres! Après 7 mois de courses ma MEP présentait déjà de nombreux signes de fatigue! Le renfort de ruban adhésif pour maintenir un capot instable n'était qu'un des signes d'une voiture qui s'était frottée à un peloton - comment ils disent à la télé - ah oui, à un peloton de furieux! Quand je pense au nombre de triangles pliés! Et ils étaient onéreux et fragiles. A chaque sortie de piste ou lors d'un choc malencontreux ma première pensée avant de me sortir du baquet allait vers mon carnet chèques!

Je n'ai jamais réellement eu peur lors d'une sortie de piste. On a pas le temps! La plus spectaculaire fut à Rouen dans le virage, de sinistre réputation, des "6 frères". J'avais lu que Pescarolo en F3 dévalait la descente des Essarts sans lever le pied. Alors Imagine, en MEP, pas de problème! le seul souçi je navais pas vu l'huile qui trainait sur la piste. Je suis parti en 360°. Gros coup de bol la MEP tapait dans le rail mais pratiquement parallèlement à celui-ci. Je suis reparti avec une roue avant gauche qui oscillait quelque peu et terminait ainsi la course. Le plus effrayé fut Patrice Morrissey qui me suivait et qui était le spectateur impuissant de ma glissade.